Anita Blake, l'Exécutrice de Vampires...
Avis aux membres !

5 novembre 2010 : la FAQ relative au forum a été mise à jour. Pensez à y jeter un œil avant de poser une question sur le forum.

Et si ta présentation tu n'as pas encore fait, dis toi bien qu'il serait temps d'y penser...

Bonne journée !


Literrature, vampires, bit-lit
 

Partagez
 

 Brève Cohabitation

Aller en bas 
AuteurMessage
Psycho Sano
Non Lukoi
Non Lukoi
Psycho Sano

Masculin
Nombre de messages : 65
Age : 38
Localisation : Dans une station essence desacfectée.
Date d'inscription : 22/07/2009

Brève Cohabitation Empty
MessageSujet: Brève Cohabitation   Brève Cohabitation Icon_minitime1Sam 06 Mar 2010, 21:54

Brève Cohabitation

Brève Cohabitation T_20258

Scénariste : Kyung-Sup Jang
Dessinateur : Kyung-Sup Jang
Editeur : Casterman
Collection : Hanguk

Genre / Public : Fantastique / Ados - Adultes
Type d'œuvre : Manwha
Nb. tomes parus : 1
One shot
Date de parution : 17 Août 2006
(Source, BDThèque)

Résumé rapide :
La solitude est l'une des choses les plus difficiles à supporter. Alors, quand le narrateur pense toucher le fond, il reprend goût à la vie en cohabitant avec un cafard femelle géant.
Entre amour, amitié ou simple pitié, son coeur balance, surtout depuis qu'une jeune fille l'entraîne dans une relation amoureuse tortueuse et plein de faux-semblants.
Dans Brève Cohabitation, Jang Kyung-sup évoque les rapports humains, la peine et les différences qui éloignent les êtres. Mais par son dessin, il nous entraîne surtout dans les endroits sombres de l'humanité, là où les cafards se terrent...

Brève Cohabitation G_5968_01

Alors Brêve Cohabitation, qu’est ce que ça donne ?

Côté scénario :
c’est donc l’histoire d’un personnage qui réalise son extrêmement solitude un beau jour. Et il finit par se dire qu’il préfère vivre avec un cafard dans son appartement plutôt que totalement seul. Un cafard, ce n’est qu’un cafard, mais ça reste malgré tout une compagnie, aussi minime qu’elle soit (on est dans les prémices du Bouddhisme, ce qui est assez compréhensible venant d’un pays tel que la Corée). Et on suit donc ce personnage dans sa non-solitude qui finit par rencontrer l’amour. Sa vie va se résumer entre Uisoo (sa petite amie) et le cafard (son amie qui vit avec lui). Ce qui est très fort, c’est qu’on ne tombe pas dans le cliché d’une banale histoire d’amour où la fille est jalouse de la coloc’ du héros. Non, ici, au contraire, elles semblent bien s’entendre et toute cette histoire assez légère repose finalement sur les questions extistancielles que le personnage principal se pose. Un peu de philosophie poétique ne fait pas de mal et on sent que l’auteur lui-même s’est posé ces questions. En fait, on dirait bel et bien une espèce d’histoire autobiographique d’un dessinateurs (car c’est le métier du personnage principal) qui serait un peu enjolivée par ces personnages qui sortent de l’ordinaire. On sent bien les questions sur la vie que pas mal d’auteurs se posent dans leurs périodes de doutes. J’ai adoré ce point là !

Côté dessins :
Les dessins sont peut être le point faible de cette BD. Disons que les pages sont vraiment irrégulières. Parfois, on a du simple crayonné, d’autres fois, ça ressemble au style humoristico-simpliste des BDs franco/belges ; à d’autres endroits, l’auteur joue beaucoup sur les contrastes. En fait, cette multitude de variantes rendfinalement un ensemble assez plaisant car on ne sait pas trop de quoi est fait la page suivante. C’est assez déconcertant, un peu comme l’histoire elle-même, donc tout est en harmonie. En revanche, même si les dessins peuvent parfois paraître un peu simple, on ne s’y perd pas du tout et les émotions sont très bien retranscrites et croyez-moi, ça ne doit pas être facile de faire passer des émotions à un cafard !!

Côté personnages :
C’est là que toute l’originalité et l’intérêt fait son œuvre. Le personnage principal est clairement un reflet de l’auteur qui devait un peu sombrer dans la déprime de sa solitude. Son amie le cafard, est tout simplement géniale. C’est une femelle cafard très gentille, toujours aux petits soins. Ils ont une relation vraiment particulière, ils vivent ensemble, mais ne sont rien d’autres que des amis très proches car ils ont conscience de ne pas être de la même espèce animale et parfois, ils parlent de leurs différences. Et puis il y a Uisoo, la petite amie du héros qui est très attentionnée également. Pas de caricature dans les personnages, ça fait du bien.


Mon impression après l’avoir lu :

On est dans un traitement totalement à l’opposé de Kafka, mais l’auteur le dit lui-même dans sa BD et on voit bien qu’il ne cherchait pas du tout à travailler ce thème insectoïde de la même façon.
Ce que j’ai trouvé absolument génial, c’est qu’il n’y a pas de gentils et de méchants, on est comme dans le monde des insectes : il y a plusieurs espèces qui se croisent, certains sont un peu plus agressifs que d’autres (souvent les humains) mais il n’y a pas d’histoire autour de trahison ou compagnie. Enfin un peu d’originalité !!! Toute l’histoire parle de cette brève cohabitation entre un homme et son amie cafard.
Franchement, je salue vraiment l’auteur pour cette histoire très originale, je n’avais jamais vu ça ailleurs. Dans d’autres BDs, ça aurait tourné rapidement au drame ou à l’horrifique, mais pas ici.
Et puis il y a ces trois petites histoires courtes à la fin. Pour moi, la première (qui montre une démultiplication du personnage) est la suite directe de cette histoire principale. Je n’en dis pas trop pour ne rien révéler. Mais disons que l’auteur part dans un délire très intéressant ! J’aurai aimé que ça soit plus long. La deuxième petite histoire ressemble un peu plus à un gag qui part probablement d’une idée assez exceptionnelle mais qui n’est vraiment pas poussée très loin, dommage. Et puis la toute dernière histoire nous ramène encore dans un univers très personnel car l’auteur lui-même rencontre son double qui a 33 ans de plus. Et il discute un peu dans une sorte de labyrinthe cérébral.
Ce Manwha est vraiment une très très bonne surprise pour moi, un lecteur qui aime bien voir des choses nouvelles.

Voilà, j'espère que j'aurais donné envie à certains ou certaines de découvrir ce livre tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Brève Cohabitation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anita Blake, l'Exécutrice de Vampires... :: †- Nos Critiques - † :: Critiques de Manga :: Manga Papier-
Sauter vers: